AccueilDevenez praticien-conseilTémoignages ›Georges Ha Quang

Dr Georges Ha Quang : pratiquer la médecine autrement

Nos médecins-conseils témoignent sur leur métier

Comment êtes-vous devenu médecin-conseil ?

Je suis entré au Service médical en novembre 1997. J’étais médecin libéral dans la région de Perpignan et je souhaitais venir en région parisienne tout en recherchant un mode d’exercice salarié.

En effet, avec 2 enfants, je souhaitais avoir des horaires compatibles avec une vie familiale.

J’ai donc prospecté différents métiers et j’ai choisi celui de médecin-conseil car cela me permettait de continuer à pratiquer la médecine de manière différente.

Concrètement quelles sont vos activités ?

En fait nos convocations ressemblent un peu à une consultation médicale classique, bien que l’on ne soit pas là pour établir un diagnostic initial ou faire une prescription. Nous devons toutefois affiner le diagnostic de gravité, en prenant en compte les examens complémentaires par exemple ou faire un pronostic d’évolution.

La relation avec les assurés est un peu différente bien sûr : ils ne nous ont pas choisi, on les convoque. Mais dans la grande majorité des cas ça se passe bien, les gens comprennent que nous remplissons une mission de service public et le sens de notre action.

Nous avons aussi un rôle de conseil auprès des assurés pour qu’ils puissent accéder aux prestations auxquelles ils ont droit ou encore pour appuyer les recommandations de leur médecin traitant, en matière d’hygiène de vie par exemple.

Parallèlement nous sommes en contact avec les médecins traitants ou les établissements. Vis-à-vis des médecins traitants nous avons une démarche spécifique pour les aider dans le suivi de certains patients atteints de pathologies chroniques.

 

Comment apprend-on ce métier ?

On apprend au fur et à mesure. Il faut être organisé, rigoureux et discret aussi, car nous sommes bien sûr soumis au secret professionnel.

Il faut avoir une certaine appétence pour la réglementation et les procédures. Avec le temps on acquiert aussi de bonnes connaissances sur l'organisation et les acteurs du système de santé.

Notre activité évolue en fonction de la politique de gestion du risque de l'Assurance Maladie. Nos missions se sont élargies alors que le contexte budgétaire est de plus en plus contraint. En effet, il faut prendre en compte des aspects d'économie de la santé dans notre action quotidienne.

C'est en veillant à la juste attribution des prestations que nous garantissons à chacun des soins de qualité.

Crédit photos : J. Bourges